Bilan de Départ

Quand une épreuve devient une chance

Lors de la rupture de son contrat de travail, quelle qu’en soit la raison, un collaborateur a beaucoup à dire. Il sait généralement beaucoup de choses, qu’il ne souhaite pas forcément exprimer, surtout spontanément et directement.

Par volonté réciproque, les échanges sont d’ailleurs souvent écourtés et réduits au minimum.

A l’inverse, le Bilan de Départ permet de profiter de ce temps qu’il faut considérer comme une opportunité pour collecter des informations riches d’enseignement sur l’organisation de l’entreprise, ses imperfections, ses dysfonctionnements, ses non-dits à l’origine de nombreuses pertes d’efficacité.

Ainsi, le Bilan de Départ peut à lui seul remplacer des mois d’interventions de consultants ou conseillers spécialisés en management, organisation, gouvernance et permettre d’identifier des sources d’amélioration, d’optimisation qui vont contribuer à gagner en efficacité, productivité, qualité.

Si le Bilan de Départ collecte des informations utiles à l’entreprise, il sert aussi à  identifier les éventuelles rancoeurs du salarié en partance et aborder les questions relatives à son reclassement pour qu’il s’opère le plus rapidement et dans les meilleures conditions possibles. Ne pas oublier les obligations de l’entreprise sur ce dernier point.

Quelques chiffres qu’il peut être utile de rappeler :

  • 200.000 recours prud’homaux / an en France (soit env. 1.000 / jour ouvré !)
  • 80% d’entre eux surviennent lors de la rupture du contrat de travail
  • 80% des condamnations sont confirmées en appel

D’où l’intérêt d’être attentif à la gestion de la rupture d’un contrat de travail et d’en réduire les incidences conflictuelles.

Pour tout renseignement complémentaire sur le Bilan de Départ, contacter Pierre Couchard par téléphone au 06 98 14 78 60
ou 
par formulaire contact.